Représentants Nord-Américains (2017-2019):

 Martin Gauthier

Mon premier terme en tant que représentant nord-américain au Conseil d’administration de l’API me permet de constater toute l’ampleur et la complexité de la tâche. S’il est crucial que notre institution évolue pour s’arrimer à notre époque, il lui faut aussi préserver et transmettre l’essentiel de la découverte freudienne sans la trahir. Mais quel est cet essentiel à soutenir et à promouvoir? Quelles sont les meilleures voies de transmission? Comment faire face au vieillissement occidental et à la jeunesse des nouveaux lieux de pratique? Comment rallier la multiplicité des voix et des courants au service de notre objet commun, la psychanalyse? Comment les faire dialoguer pour mieux discerner ce qui nous unit? Les réponses ne sont pas univoques ou acquises. La complexité de la tâche ne saurait justifier un immobilisme conservateur qui entraînerait notre marginalisation sociale croissante et notre lente extinction. Mais il serait bien irréfléchi de vite nous draper des goûts du jour en oubliant ce qui nous définit fondamentalement. Le Conseil de l’API offre un grand forum de discussion pour penser et guider ce développement en tenant compte des diverses réalités locales et régionales. À cet égard, la poursuite de la démocratisation du fonctionnement de notre organisation, de manière à la rendre plus ouverte et sensible aux membres, de même que l’articulation des compétences de chaque niveau administratif demeurent des chantiers importants. Le développement en Asie et les transformations culturelles en Occident constituent des défis majeurs à l’heure de la révolution technologique. Notre pratique est diversifiée et seul le dialogue permet la traduction des conflits et l’intégration qui renforce notre rapport à la réalité et notre capacité d’agir.

D’origine francophone dans le grand continent nord-américain, participant depuis plusieurs années au dialogue interculturel, au niveau psychiatrique et universitaire d’abord, puis au niveau des groupes psychanalytiques, au Québec, au Canada, en Amérique du Nord et maintenant sur la scène de l’API, j’ai accumulé une large expérience administrative dans les organisations psychanalytiques. Depuis une quinzaine d’années, je participe aussi activement à des échanges avec les collègues européens, en particulier en France (notamment à travers le grand carrefour que constitue le congrès annuel des psychanalystes de langue française, organisé par la Société psychanalytique de Paris). Un deuxième terme au Conseil de l’API me permettra d’approfondir ma connaissance des enjeux et de contribuer davantage au travail collectif.  Je suis convaincu que le décentrement qu’induit un large dialogue est essentiel à la vitalité de la psychanalyse. Sa capacité à évoluer en dépend. Je souhaite continuer à contribuer au renouvèlement des conditions qui faciliteront et enrichiront nos échanges interculturels et internationaux. Ces échanges façonneront et consolideront la psychanalyse qui relèvera les défis du XXIe siècle.

Au niveau nord-américain, la réalité politique, sociale et culturelle est caractérisée par des tensions et des divisions. Les milieux psychanalytiques n’y échappent pas. L’occasion est belle pour de nouvelles solutions. Tout en respectant les compétences de chaque Société, nous avons beaucoup à gagner en renforçant nos échanges et solidifiant notre base commune. Nos différences enrichissent notre répertoire de solutions.

 

Liste des postes :

 

Martin Gauthier: Association psychanalytique internationale (API): représentant nord-américain au Conseil d’administration 2015-2017. Confédération psychanalytique nord-américaine (NAPsaC) : représentant canadien (2007-09 et 2011-13). Société canadienne de psychanalyse (SCP) : président-élu (2006-07), président (2007-09), ancien président (2009-11). Société psychanalytique de Montréal (section montréalaise francophone de la SCP) : vice-président (1999-2001), président (2001-05). Institut psychanalytique de Montréal (section montréalaise francophone de l’institut canadien)  : secrétaire (2005-07), directeur (2009-13). 

 



 

 William C. Glover

 

Je suis candidat pour ma ré-élection et je fais appel à votre vote. L'API gouverne habituellement par consensus et les questions potentiellement controversées qui ont été soulevées seront un test pour le nouveau conseil. Je connais ces questions et mon implication est de parvenir à des solutions satisfaisantes pour la plupart des membres.

 

Deux des plus importantes questions en cause sont globales : celle de l'analyse à distance, et celle de permettre l'analyse à raison de 3 fois par semaine, selon le modèle de formation d'Eitingon. Dans les deux cas, la question se pose sur la manière de faciliter l'innovation tout en préservant les principes de la psychanalyse : ce sont des questions que le conseil étudie avec soin. En Amérique du Nord, il existe une autre question difficile : elle concerne le statut autonome de l'APsaA, en sa qualité d'unique association régionale de l'API. Certains membres de sociétés indépendantes pensent que ce statut donne un avantage injuste à l'APsaA, celui d'approuver de nouveaux groupes à sa propre initiative, et ceux-ci préconisent de supprimer la dénomination d'association régionale. Les membres de l'APsaA estiment que cela mettra en péril l'autonomie de l'APsaA, et suggèrent d'autres moyens d'assurer l'équité. Les tensions escaladent et il existe un danger de lutte partisane, qui pourrait nous diviser et nous éloigner de notre cause commune, qui consiste à ce que la psychanalyse progresse.

 

Je soutiens l'impartialité au niveau de l'API : la question est celle de comment y aboutir tout en respectant les traditions et préférences de chaque organisme constituant. Je suis convaincu que des solutions amiables et collaboratives peuvent être trouvées. Si je suis de nouveau élu, je m'engage à continuer mes efforts à développer un consensus et trouver un compromis. C'est une question importante tout aussi bien au niveau du conseil que pour tous les membres de l'association américaine. Je souhaite développer davantage d'opportunités pour les analystes provenant de différentes sociétés, pour faciliter le travail collectif et se connaître mutuellement. L'un de mes axes spécifiques d'intérêt a été d'apporter plus d'avantages aux membres de l'API. Pendant les 5 dernières années, des collègues et moi-même à San Francisco ont organisé des groupes d'observation très réussis, qui ont rassemblé des membres de notre société indépendante locale, la PINC, ainsi que la société APsaA et la SFCP, améliorant ainsi la communication et la collégialité entre les instituts. C'est dans ce cadre que mes efforts, pour le compte des groupes de travail clinique et les groupes de travail parrainés par l'API, en collaboration avec les corps régionaux et les sociétés locales, sont particulièrement pertinents. Ces projets rassemblent les analystes de différentes écoles et contribuent à contruire des relations, ainsi qu'une éthique. Bien que l'APsaA soit ma base, je suis également un membre direct de la CIPS ("Confederation of Independent Psychoanalytic Societies" : la Confédération des sociétés psychanalytiques indépendantes) et l'opportunité de travailler dans leurs groupes d'étude et leur conférence a été pour moi une expérience enrichissante. L'APsaA s'occupe d'organiser un créneau dans son agenda pour la NAPsaC et je souhaite développer cette idée pour que les réunions communes APsaA/NAPsaC puissent revivre. Ces activités peuvent réunir les membres de l'API en Amérique du Nord et contribuer à résoudre nos différences.

 

J'ai participé à la vie institutionnelle psychanalytique tout au long de ma carrière, aussi bien au niveau local, national qu'international. J'ai continuellement œuvré à ce que les membres s'impliquent à construire des consensus, et je continuerai dans cette voie, si je suis ré-élu. Ayant déjà contribué au conseil, j'ai les compétences, l'énergie et l'expérience requises d'un membre du conseil efficace, pour faire face aux défis auquels l'API et l'Amérique du Nord doivent s'adresser.

 

Pour découvrir des discussions supplémentaires au sujet de mes points de vue, veuillez consulter ma page à l'adresse : www.williamcgloverphd.com

 

Liste des postes :

 

William C. Glover : API : Conseil des représentants, 2009-2011, 2015 à ce jour ; Comité des finances et du budget 2015 à ce jour ; Comité d'observation clinique, 2013-ce jour ; Comité des relations IPA/IPSO, panel des prêts aux candidats 2009-2015 ; Chaire, Groupe de travail au pré-congrès, Prague, 2012. IPSO : Trésorier, 1999-2001. APSaA : Membre député, 2005-2012, 2016-ce jour ; Conseiller général 2013-2014 ; Membre associé BOPS, 2014-ce jour ; Comité des révisions et des critères d'adhésion 2008-2012 ; Comité de l'audit 2006-2009 ; Adjoint rédacteur JAPA 2004-2006. Centre de San Francisco pour la Psychanalyse ; Analyste enseignant et de supervision ; Division de l'enseignement psychanalytique 2012-2016 ; Président 2005-2008 ; Chaire, Comité de planification stratégique 2004-2006. 



 

 Jane S. Hall, LCSW, FIPA  

 

De nombreuses personnes dotées d'expérience organisationnelle posent leur candidature pour représenter l'Amérique du Nord auprès de l'API. Ce que j'ai à offrir vient droit du cœur : mon enthousiasme, mon implication et un désir profond de promouvoir les liens dans cette profession.

 

La psychanalyse a une tradition de sectarisme et mon plus grand intérêt est voué à rapprocher les personnes et leurs idées. Tous les points de vue concernant la théorie et la pratique ont élargi notre connaissance et cela doit continuer dans ce sens. J'ai appris, par l'expérience de mes dernières decennies, que le respect et l'ouverture aux idées contemporaines et traditionnelles ont fortement contribués aux succès que j'ai pu rencontrer. Le moment est opportun pour débattre de nos différences de manière paisible, harmonieuse et pénétrante. Ce serait un honneur de représenter tous les groupes nord-américains auprès de l'API. Je soutiens la NAPsaC et je me sens encouragée de la voir se développer. En qualité de membre aussi bien de la Confédération des Sociétés Psychanalytiques Indépendantes (CIPS) et de l'Association Psychanalytique Américaine (APsaA), je considère l'unité comme étant l'objectif le plus important. Cet objectif doit se centrer sur l'apport de la meilleure éducation psychanalytique à ceux qui souhaitent apprendre ce travail, et le meilleur traitement pour chaque patient.

 

Je suis persuadée que la communication ouverte avec les psychanalystes de l'Amérique du Nord, et le reste du monde, est exactement ce qui contribue à valoriser notre profession. Nous avons tant à apprendre et tant à contribuer les uns avec les autres. Je m'intéresse à l'inclusion et à élargir le monde psychanalytique, avec des standards de qualité en phase avec notre temps et spécifiquement, nos patients. Une taille unique ne sied à tous et je suis donc favorable à des strates de flexibilité.

 

Mon point d'action serait de soutenir le type d'éducation qui puisse aider les candidats ("collègues-en-apprentissage") à développer leur pratique analytique. La vaste majorité de mes cas analytiques ont débuté par la psychothérapie et cela est, à mon sens, une bonne façon de débuter. De formation traditionnelle, mon travail a largement bénéficié du modèle relationnel/intersubjectif, des théories du développement, de Melanie Klein, Bion, des théoriciens de l'attachement, de Haydee Faimberg et du travail d'autres analystes dans le domaine de la transmission du traumatisme intergénérationnel.

 

Pendant les douze dernières années, j'ai piloté le groupe de discussions à l'ApsaA, nommé "Approfondir le traitement", sur la base de mon livre, et bien heureusement il semble avoir aidé un grand nombre. J'ai été invité par plus de quinze instituts, aussi bien à l'ApsaA, Division 39, et l'Institut International de Psychothérapie (IPI) et je continue les consultations en personne et par téléphone avec des psychanalystes, en mode individuel et des petits groupes dans le pays, qui sont intéressés par le sujet.

 

Je suis sincèrement persuadé que de parler entre nous, surtout lorsque nous ne sommes pas d'accord, fera se développer des ponts qui nous rassembleront. Les différences théoriques peuvent nous enrichir par le biais de discussions, alors que les divisions politiques peuvent entraver le progrès. S'écouter les uns les autres est la clef.

 

Pour terminer, une leçon importante que j'ai pu apprendre de mon défunt mari, qui était musicien, est que le succès dépend de la coopération, laquelle doit perdurer à la concurrence.

 

Liste des postes :

 

Jane S. Hall : API : Comité du site Web : Rédactrice, Psychoanalysis.Today. APSaA : Comité du programme scientifique : Comité pour "Construire la pratique aujourd'hui" (Practice Building Today Committee), Fondatrice ; Approfondir le traitement (Deepening the Treatment DG), Fondatrice et Chaire ; Conseil de Rédaction TAP. CFS : Ancienne Présidente ; Programme de Psychothérapie, Fondatrice et première Directrice ; Comité des Analystes Formateurs, Chaire ; Comité du Programme Scientifique, Chaire. Faculté de permanence : CFS, NYSPP, MITPP. Rédactrice "Op-Ed" de Internationalpsychoanalysis.net. Auteur : Deepening the Treatment (Jason Aronson) ; Roadblocks on the Journey of Psychoanalytic Psychotherapy (Jason Aronson) et des articles scientifiques publiés dans divers revues de psychanalyse et sur http://Internationalpsychoanalysis.net.

 


 



 

 Beth I Kalish

 

Je me présente à ma réélection de représentant régional au Conseil de l'API, pour l'Amérique du Nord. Pendant mon mandat de membre au Conseil, j'ai participé aux efforts de soutenir notre profession et j'espère avoir l'opportunité de continuer mon travail. En cette période de transition dans la gouvernance de l'API, je considère qu'il est important de maintenir la continuité et que certains des membres actuels du Conseil soient élus au prochain Conseil.

 

Bien que l'API reste une communauté internationale dynamique, nous devons faire face à des défis croissants envers la viabilité de notre profession. Ce sont à la fois les politiques gouvernementales hostiles, les réductions budgétaires par les compagnies d'assurance, la concurrence en termes de faibles normes dans la formation qui ont compromis notre réputation et prestige. Nous devons répondre à nos critiques de manière claire et convaincue. Nous devons résister vigoureusement, et avec acumen politique, à toute règlementation qui pourrait menacer notre survie. Les difficultés connues aux Etats-Unis ne sont pas uniques. Les analystes dans le monde entier sont en proie à des défis similaires.

 

Chacune des trois régions de l'API est unique et différente et devrait le rester. Actuellement Vice-Chaire de NAPsaC, j'ai été impliquée directement dans le travail d'effort à la communication et à un partage plus ouvert entre les régions. Encourager les efforts transrégionaux peut enrichir et renforcer l'API, tout en contribuant en même temps à la prise de conscience publique de la psychanalyse dans le monde. Si je suis réélue, ce sera pour moi une priorité.

 

Je pense que l'API dispose d'un positionnement unique pour répondre aux besoins de leadership et de ressources pour prévaloir nos efforts. La gouvernance de l'API peut nous servir à maintenir des niveaux de formation élevés, ainsi que de développer des programmes publics d'information, de sensibilisation et de recommandation. La gouvernance psychanalytique se doit de faire tous les efforts possibles pour retrouver la qualité inspiratrice de notre pratique et de notre science. Cette année, mes efforts se sont focalisés à se rapprocher davantage de ces objectifs et de contribuer à l'identification d'autres nouveaux objectifs.

 

Pendant cette dernière année, le Conseil a été en prise à de nombreuses questions. L'une des plus critiques est celle des standards d'équivalence dans chacune des trois régions mondiales, en ce qui concerne l'adhésion individuelle et collective au statut de membre de l'API. Je fais partie de 4 membres du conseil qui avaient été choisis pour servir un groupe de travail interrégional, qui a étudié cette problématique et qui en a en soumis les conclusions au Conseil. 

 

En qualité de représentant, je continuerais à encourager le feedback et je m'engage à vous informer des questions en cours au Conseil, comme, par exemple, le travail important qui est effectué auprès de l'équipe. Ce serait pour moi un honneur de contribuer à la vitalité et au mérite durable de l'API. Je fais appel à vos votes.

 

Liste des postes :

 

Beth I. Kalish : API : Conseil des Représentants ; Groupe de travail sur les équivalences ; Représentante Nord-Américaine ING ; Maison des Délégués. NAPSaC : Co-Chaire, Représentante du Conseil LAISPS ; CIPS : Membre du Conseil et Assistante principale du Président ; Comité CIPS sur la politique publique ; Comité de rédaction pour la collection CIPS ; Comité pour la certification en Psychanalyse ; LAISPS : Présidente (2003-07), Membre Générale du Conseil ; Comité pour le Centre pour le traumatisme ; Comité de la Faculté ; Comité pour la Supervision et la Formation des Analystes (COTA) ; Chaire, Comité doctoral ; Chaire, Comité des adhésions ; Fondatrice & Co-directrice : Programme de Psychothérapie pour la parentalité et la petite enfance. Association américaine de danse thérapie : Fondatrice et Membre de la Charte (1962) ; Chaire des relations publiques ; Mandataire pour le fonds commémoratif Marian Chace ; Présidente (1971-73). Directrice fondatrice et Professeur agrégée des programmes en Master au Immaculate Heart College et à Loyola Marymount University de Los Angeles.

 


 Peter Loewenberg

 

Je voudrais servir un second mandat en qualité de représentant au conseil de l'API, pour l'Amérique du Nord, parce que je suis convaincu de pouvoir apporter une contribution réaliste à l'API. Je connais les problèmes de l'API pour avoir servi au conseil pendant deux ans, ainsi que de connaitre le point de vue des membres, par des années de travail au niveau local, national et international. Nous avons un besoin urgent de sensibiliser la jeune génération de professionnels de la santé mentale et les étudiants à l'université, dans nos communautés locales et internationales. Nous avons besoin de nous ouvrir aux idées du 21ème siècle, aux modèles d'enseignement et aux technologies innovatrices de l'enseignement à distance. Je représente le développement dynamique de nouveaux groupes de l'API, particulièrement en Asie où le profil démographique est nettement plus jeune que celui de l'Amérique du nord, où le nombre de nos adhérents est en déclin. J'ai présidé le Comité de l'API en Chine (2007-13) alors que nous sommes en voie de construire un programme de formation psychanalytique essentiel, qui comprend nos premiers membres directs de l'API. J'ai enseigné à l'université d'été à Odessa, en Ukraine, pour l'Institut Psychanalytique de l'Europe de l'Est (PIEE). La candidature actuelle d'Osamu Kitayama, du Japon, en qualité de représentant pour l'Amérique du Nord reflète l'esprit d'irationalité coloniale du 19ème siècle dans le système régional de l'API. Je continuerai à encourager l'esprit de transparence dans l'administration de l'API, dont dans les procédures et recrutements des chaires de comité et des membres.

 

Les institutions innovantes, les programmes de bourse et la recherche font partie de mon identité en qualité de psychanalyste. J'ai fait partie des Conseils de Rédaction de : JAPA, American Imago, Clio’s Psyche, Psychoanalysis and History, Psychoanalysis and Psychotherapy en Chine et PSYCHE (Frankfurt/ Main). J'ai présidé le comité qui, en 1977, a obtenu le droit pour la psychanalyse de former entièrement les universitaires, aux instituts psychanalytiques de Californie, ce qui constitue la première reconnaissance juridique officielle de la psychanalyse de tous pays, de promouvoir la participation des universitaires dans nos programmes de formation et d'amener les psychanalystes dans nos universités. J'ai coédité (avec Nellie Thompson) notre ouvrage 100 ans de l'API en 2011, qui a nécessité des relations de travail proches pour 62 auteurs internationaux provenant de 42 sociétés de l'API. En qualité de Professeur émérite d'histoire et de psychologie politique à l'Université de Californie (UCLA), j'enseigne et j'interviens dans des universités internationales, ainsi que dans des instituts psychanalytiques dans cinq continents. J'étais Co-Doyen et Président du Comité de l'Éducation du Nouveau Centre pour la Psychanalyse, à Los Angeles, pendant la période de ré-unification des deux instituts de psychanalyse de l'APsaA, dont la céssure avait eu lieu en 1950. Nous avons créé le NCP qui fête actuellement le 12ème anniversaire de cette fusion. Grâce à notre sécurité financière consolidée, nous pouvons attribuer à tout candidat qui en a besoin une dispense de frais de scolarité et une bourse de formation.

 

Liste des postes :

 

Peter Loewenberg : API : Représentant du Conseil Nord-Américain ; Chaire, Comité de Chine et Comité exploratoire de Chine ; ING ; Chaire, Comité centenaire historique de l'API, Membre honoraire, DPV. APSaA : Chaire, CORST, Comité de coordination, Conseil de l'Exécutif, Membre associé BOPS, Comité de Rédaction JAPA (2x), Chaire, Comité des Nominations (2x), Comité de Recherche éditoriale JAPA (2x), Comité Recherche éditoriale du Glossaire. Nouveau Centre pour la Psychanalyse : Doyen, Conseil, Education, Progression, Curriculum, Recrutement des analystes formateurs. Co-fondateur, Consortium psychanalytique interdisciplinaire de l'Université de Californie. Honneurs : "Professeur exceptionnel"; Professeur Sir Peter Ustinov, Université de Vienne; Guggenheim, Fulbright, Rockefeller, Max Planck Institute für Geschichte (Göttingen


 

 H. Gunther Perdigao

Avoir grandi à Rio de Janeiro dans une famille Brésilienne et Autrichienne, et avoir fait par la suite mes études universitaires aux Etats-Unis, cela  explique sans doute pourquoi j'ai consacré une grande partie de ma vie professionnelle à la psychanalyse internationale. De parler couramment le portugais, l'espagnol, le français, l'allemand et l'anglais m'a permis de participer pleinement à des dialogues inter-culturels, dans un contexte de mutualisation d'idées et de traditions qui caractérise l'API. J'apporterai cette perspective au Conseil, au service de tous les membres nord-américains. Je fais appel à votre soutien pour me permettre de travailler pour vous, dans le but de consolider le futur de la psychanalyse et de revigorer la  région nord-américaine . Pour les membres qui se demandent, "Que fait l'API pour moi ?", je ferai en sorte que l'API donne de la valeur et des avantages tangibles  à tous ses membres. La communication est essentielle et je ferai en sorte que vous soyez toujours très bien informés.

 

Des vagues d'inclusion animent la psychanalyse nord-américaine. L'effort soutenu par  l'APsaA pour se rapprocher des organismes psychanalytiques équivalents représente une avancée importante. Les sociétés composantes CIPS ont augmenté leurs effectifs à plus de 400. Elles constituent à ce jour un complément dynamique à la psychanalyse aux Etats-Unis et elles ont modifié la psychanalyse dans son ensemble de bien des manières. La Société Psychanalytique Canadienne entretient de fortes traditions psychanalytiques, aussi bien dans les régions françaises qu'anglaises, et elle s'étend désormais de la ville de Québec à l'Est jusqu'à Vancouver à l'Ouest.  

 

Notre région se distingue par ses caractéristiques uniques et ses défis. Il est nécessaire de clarifier les problèmes ou défis auxquels la NAPsaC doit s'adresser. Nous devons découvrir ce que nous pouvons apporter aux autres et comment le réaliser de manière optimale. Les questions d'équitabilité sont importantes, mais elles pourraient bien se résoudre lorsque la mission de NAPsaC est vitale pour tous. 

 

L'accord de l'API qui permet aux sociétés composantes de solliciter des procédures d'équivalence est un pas en avant positif. Je suis en faveur de maintenir des standards clairs et significatifs.

 

Je suis favorable au soutien des groupes tels que CIPS et la Société Canadienne, pour que leur voix soit entendue à l'échelle internationale. Bien qu'elle soit prédominante en termes de taille, l'APsaA a eu ses luttes internes mais elle continue d'y faire face et s'efforce de les résoudre. Nous nous confrontons tous à deux problèmes: la quantité de travail qu'impose notre profession et les critères de recrutement des jeunes candidats qualifiés. De toute façon, il faut poursuivre notre travail pour optimiser les relations entre les groupes et la réciprocité; ceci ne peut être laissé de côté.

 

La psychanalyse reste la théorie de l'esprit humain la plus complète et nous savons collectivement que notre traitement change des vies. Nous devons néanmoins continuer à démontrer notre pertinence, spécialement pour ces groupes de patients pour lesquels la recherche démontre que la psychanalyse réussit mieux avec le traitement à long terme que nous proposons. 

 

Développer la collaboration, la cohérence et le partage des idées au delà des frontières et des divisions permettra de réduire l'insécurité et les conflits inhérents à la profession. Je suis par nature un connecteur et un traducteur. Cela implique la capacité de traduire les conflits, les aspirations, et les frustrations, en un langage qui nous permet de travailler et de résoudre les problèmes ensemble. J'ai exercé tout cela pendant de nombreuses années au service de l'API et je souhaite continuer dans ce sens au Conseil. Merci de visiter mon site web : www.guntherperdigao.com pour  découvrir en plus de détails mes points de vue et mon expérience. 

 

Liste des postes :

 

H. Gunther Perdigao : API : Secrétaire Général 2009-2013 ; Chaire, Nouveaux groupes Nord Américains ; Chaire, Comité de Parrainage pour Recife & Campo Grade, Brésil 1990-2007 ; Organisation de la Conférence de l'API, Nouvelle Orléans 2014 ; Membre, Conseil Exécutif de l'API, Secrétaire adjoint, 1993-1997 ; Chaire, Comité Nord-Américain des Nominations ; Membre de la Maison des Délégués, 2002-2004. NAPsaC : Organisation de 5 réunions inter-régionales avec la FEPAL, 1992-2000. APSaA : Liaison entre l'APsaA et la FEPAL 1988-1993 ; Chaire, Groupe du travail du Modèle d'Eitingen 2016 ; Président, Société Psychanalytique de la Nouvelle Orléans ; Président de l'Institut Psychanalytique de la Nouvelle Orléans

  


 Alan Sugarman

 

La psychanalyse en qualité de science, de technique et de théorie de l'esprit humain traverse un processus de développement similaire à celui du développement humain. Les nouvelles théories du fonctionnement mental, de la pratique clinique et des avancées dans la recherche, transforment notre compréhension de la pathogenèse, de l'action mutative et de la manière dont nos patients peuvent être le mieux guidés vers le changement. En outre, les exigences sociales et politiques actuelles sont pour nous un défi à ce que nous nous adaptions à un environnement en mutation, de la même manière qu'un enfant en pleine croissance doit s'adapter à son environnement social. Tout comme pour l'enfant, ce besoin d'équilibrer les mutations internes avec les exigences de l'environnement peut poser des difficultés, pour la psychanalyse, en sa qualité d'institution et de profession.

 

Je suis persuadé que la solution ultime à un aboutissement réussi se situe au niveau de nos programmes de formation et leur capacité à qualifier des analystes capables de soutenir cet équilibre. De mon point de vue, l'API est l'institution la mieux disposée à promouvoir cette mission. Nous avons besoin de dirigeants qui peuvent aider la psychanalyse tout au long de son adaptation à ces défis. Tout comme le bon parent qui encourage son enfant à relever le défi de la croissance, et ne pas s'aggriper au passé, l'API peut mener la psychanalyse vers le futur, sans pour autant sacrifier son excellence. Les dysharmonies développementales entre les modes de pensée et de traitement du passé, et les pratiques contemporaines, seront mieux résolues par des réflexions et débats rigoureux. L'API offre l'opportunité aux psychanalystes et à nos institutions de voir que de nombreuses manières de pratiquer et d'enseigner la psychnalyse existent de par le monde. Cela peut aider les psychanalystes à réaliser qu'il existe de nombreuses définitions à la théorie et à la pratique psychanalytique. Et elles peuvent toutes aider nos patients. De cette manière, les psychanalystes peuvent apprendre la flexibilité essentielle pour faire face aux défis de l'adaptation.

 

Je pense que ma fonction de psychanalyste d’enfants me permet d'être particulièrement apte à cet effort. Après tout, les analystes d’enfants apprennent la flexibilité avec leurs patients, ainsi que d'adapter leurs techniques selon les différents niveaux d'organisation mentale de leurs patients. De plus, nous devons rester actualisés sur la recherche dans le domaine des complexités du développement et de la pathogénèse, lorque nous traitons de ces phénomènes in vivo, et non en rétrospection. C'est pour ces raisons, que je préconise une formation psychanalytique qui intègre l'adulte et l'enfance. Elle offre l'opportunité, à tous les candidats analystes, d'un accès direct à cette flexibilité clinique et à la complexité du développement de l'esprit.

 

Je pense aussi que je peux soutenir l'API dans ces exigences d'adaptation en raison de mon expérience locale et nationale. J'ai présidé le Sous-comité BOPS qui a développé un modèle intégré des programmes de formation en analyse d’enfants et d’adultes, pour l'usage des instituts. De plus, en qualité de Co-directeur académique, j'ai soutenu mon institut local à s'adapter aux défis environnementaux en négociant davantage de flexibilité en termes de formation et de standards pour les analystes formateurs auprès de la BOPS, tout en préservant l'excellence et permettant en même temps davantage d'accessibilité à la formation et la promotion. Ces changements ont entraîné davantage de candidats et d’analystes formateurs potentiels, ainsi qu'un meilleur moral, dans un institut en difficulté. Je souhaite apporter cette expérience et cette flexibilité à l'API. Psychanalyste partisane depuis longtemps, je m'engage pour le futur tout en intégrant les principes importants du passé.

 

Liste des postes :

 

Alan Sugarman API : Comité de l'Intégration des Formations 2013-15 ; APsaA : Responsable du département de la formation psychanalytique 2016-2018, Chaire, Sous-comité pour l'Intégration des Programmes de Psychanalyse Enfant/Adolescent/Adulte 2011-2015, Membre de BOPS 1998-2004, 2013-16, Comité sur les Instituts 2004-10, Comité des Nouvelles Installations pour les Formations, Co-Chaire, Comité Ad Hoc pour le Nouveau Centre Psychanalytique 1997-2004, Co-Chaire, Comité Ad Hoc pour la Sensibilisation des Actions Scientifiques et Académiques 1997-1999, Comité des Programmes 1995-98, ACP : Conseiller 2010-13, Centre Psychanalytique de San Diego : Directeur académique 1998-2004, Co-directeur académique 2013-2016, Président du Comité des Programmes 1995-1998, 2005-06, 2008-12, 2013-2016.